« Etat d’urgence dans le Haut-Valais » selon la Dresse Monique Lehky Hagen présidente de la Société médicale du Valais.
Cherchez l’erreur…
Le quotidien unique du Valais donne une pleine page le 7 février 2020 à la Dresse Lekhy Hagen, médecine interne générale à Brigue-Glis et présidente de la SMV. Elle dépeint un déficit important de médecin de premier recours, tant des généralistes que des pédiatres.
Nous pouvons la croire.
Ce déficit semble nettement plus marqué dans le Haut-Valais que dans le Bas. Des situations déficitaires y existent aussi, notamment dans le val d’Hérens. Elle prône comme mesure urgente de remonter la valeur du point Tarmed en Valais.
Désolé, mais il y a des choses qui me sont restées en travers de la gorge. Dans le Bas-Valais, différents projets de Maisons de Santé se sont concrétisés, parfois purement privés, d’autres alliant communes et médecins. Ces structures n’ont bénéficié d’aucune aide étatique. Elles sont le fruit du travail de médecins responsables et de communes ayant compris le défi de conserver une médecine de proximité.
Le Haut-Valais a été arrosé de subventions de l’Etat du Valais pour constituer une maison de garde médicale dans l’hôpital de Brigue, et de généreuses sommes avaient été attribuées au médecin du Haut-Valais qui assumait une garde médicale. Je ne sais si ces subventions sont toujours versées, le département de la Santé n’a jamais trop communiqué sur le sujet.
Alors, certes si une augmentation de la valeur du point Tarmed avait lieu, elle serait la bienvenue, mais je doute que cela résoudra les problèmes de pénurie médicale. L’argent ne règle pas tout.
Il a fallu beaucoup d’énergie et de courage pour mener à bien des projets comme notre Maison de la Santé du Grand Entremont à Sembrancher. Cela demande un travail et des soucis supplémentaires tant aux médecins qu’aux responsables politiques régionaux (préfets, présidents, conseillers communaux). Cet effort est réalisé par conscience professionnelle pour le bien commun et non pas pour des retombées économiques inexistantes.
Il faut urgemment que nos collègues du Haut-Valais appliquent les mêmes méthodes et que les présidents de communes et les préfets prennent les choses en main. Inutile d’attendre toujours une manne financière de l ‘Etat, manne qui est déjà tombée généreusement dans le haut du canton sans donner de résultat. Trop souvent les Welches sont considérés dans notre Helvétie comme des profiteurs du travail des voisins alémaniques. Dans notre canton, c’est clairement le Bas-Valais qui montre l’exemple, tout au moins en médecine.

Dr Gilbert Darbellay

 

Communiqué de presse de la SMVS

Nouvelliste du 06.02.2020 - Les médecins valaisans décrètent l'état d'urgence: ils sont trop peu

Walliser Bote du 06.02.2020 - Ärzte schlagen Alarm

Rhône FM - jeudi - information de 6.00 h.

Nouvelliste du 07.02.2020 - Il manque de médecins dans le Haut-Valais

Nouvelliste du 07.02.2020 - Le Haut-Valais attire, mais pas les médecins

Walliser Bote du 07.02.2020 - Ärztenotstand im Oberwallis

Walliser Bote du 07.02.2020 - Ärzte fordern Masterplan für die Grundversorgun

Coronavirus: Aide pour évaluer votre risque et décider du comportement à avoir (pour les patients et le personnel médical). Comportement si vous venez à la Maison de la Santé. Crise sanitaire et santé mentale

Coronavirus, risques et comportement à avoir

Comment la Maison de la Santé s'est adaptée à la pandémie

La Maison de la Santé face à la pandémie

Recommandations de l'Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP) et de l'état du Valais. Point de la situation.

Le nouveau coronavirus (SARS-Cov-2)

Recherche