Et voilà encore un dinosaure de la médecine d’Entremont qui quitte la Maison de la Santé du Grand Entremont (MSGE). Après Gilbert Bruchez, François Barmettler, c’est au tour de Jean-Pierre Deslarzes de prendre de la distance.

Jean-Pierre Deslarzes… quel bonhomme ! Retracez sa vie en quelques lignes, c’est mission impossible ! Même son acolyte Gilbert Bruchez n’y parviendrait pas. Tout commença dans un hameau du Val de Bagnes, il fréquenta le Collège de Bagnes avant de partir au collège de St-Maurice pour se rendre compte que ce n’était pas son truc… Le voilà entreprendre un apprentissage de mécanicien, puis exercer différents jobs dans sa vallée. Quand la motivation fut de retour, après une maturité, il décide d’entreprendre des études de médecine. Après Bruxelles, il les accomplira finalement à Grenoble. C’est alors qu’il deviendra papa. Plus le loisir de tergiverser, il effectuera ses stages de formation postgraduée avant de rejoindre son cher Val de Bagnes pour ouvrir un cabinet de médecine générale avec son ami Gilbert Bruchez en 1983. Il y exercera de nombreuses années. Il sera aussi parmi les fondateurs du GRIMM (groupement d’intervention médicale en montagne).

Après la disparition de son épouse , Jean-Pierre ressentira le besoin de retrouver une nouvelle motivation. Il abandonne ainsi son val de Bagnes pour mettre son expérience à profit de l’Organisation des Secours en Valais, qu’il dirigera jusqu’à ses 65 ans. Si vous pensiez que JP allait se couler une douce retraite, vous vous mettez le doigt dans l’œil ! Il devient consultant pour les secours du canton du Jura pour les rendre plus performants.

Enfin il est approché par les communes d’Entremont via leur Préfet Jean-Maurice Tornay pour plancher sur l’avenir de la médecine en Entremont, puisque le constat a été fait que l’on se dirige tout droit vers une grave pénurie médicale. Un long chemin l’attend avec ses collègues médecins d’Entremont pour définir le meilleur moyen d’attirer de jeunes collègues dans notre région. Rapidement l’ensemble des médecins d’Entremont se rassembleront derrière un projet de Maison de Santé à Sembrancher pour tout le district. Un travail de préparation énorme dans ce sens sera effectué par Jean-Pierre associé à ses collègues de Bagnes, d’Orsières et de Sembrancher. Les communes d’Entremont , menées par leurs présidents et par le Préfet s’allieront à la MSGE (Bovernier ayant aussi montrer son intérêt).

Malheureusement, la commune chère au cœur de Jean-Pierre refuse de s’associer à cette entreprise préférant faire cavalier seule. Ce fut une période difficile pour Jean-Pierre et son ami Gilbert Bruchez, que certains n’hésiteront pas à traiter de traitres.

Mais le 1er juin 2016, la MSGE ouvre ses portes aux patients et ce sera une belle satisfaction pour Jean-Pierre. En 2018 la commune de Bagnes ayant échoué dans son projet de centre médical à Villette, demande en toute discrétion son adhésion à la MSGE… Jean-Pierre reprendra même une activité médicale pour assurer des gardes à la MSGE, puis se contentera de gérer les aspects administratifs jusqu’au 23 mars 2019. L’arrivée de jeunes médecins à la MSGE constitue la récompense ultime de tous ses efforts. Est-ce une retraite?

Pas vraiment, car le bonhomme a encore bien des flèches à son arc. Il participe aux derniers détails avant la parution d’un dictionnaire du patois bagnard, collabore avec la commune de Bagnes pour améliorer la couverture médicale de Verbier…

Et puis au côté de Doris son épouse, il peut s’occuper des petits-enfants, il aura un peu plus de temps pour la musique, le cinéma (il a été aperçu en curé dans le récent film « la débâcle de Giétro») et voyager (surtout si il continue à préférer le bateau à l’avion pour rejoindre l’Amérique). Bref, on a pas fini d’entendre parler de Jean-Pierre Deslarzes qui dispose en plus d’un bon patrimoine génétique, son papa étant devenu centenaire. Bonne suite JP !

Gilbert Darbellay

En cas de symptômes pouvant faire penser au CoVid-19, mêmes légers, annoncez-vous à la réception !. Comment évaluer votre risque et décider du comportement à avoir

Coronavirus, accueil, masque, risques et comportement

Recommandations de l'Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP) et de l'état du Valais.

Le nouveau coronavirus (SARS-Cov-2)